AccueilVoir mini compte-rendu du conseil municipal du 18 novembre 2015 à la page "au conseil munici

lundi 20 février 2017

Les Maréchales (suite).

Une rencontre a eu lieu le 10 février entre les promoteurs et les riverains.

Un très malencontreux concours de circonstance n'a pas permis à certains, sinon riverains mais pour autant très proches du site d'y participer, n'ayant pas été destinataires de l'invitation.
En la circonstance, ce n'est pas tant la proximité qui nous intéressait, que les remarques qui auraient pu être faites, avec l'espoir,  peu probable, vu l'avancement du projet et l'état d'esprit des concepteurs, d'être entendus à cette occasion.

Le plan masse n'était plus amendable, compte tenu de sa compatibilité évidente avec l'OAP, mise au point avec les mêmes concepteurs, le rendant partant juridiquement recevable, y compris dans sa grande faiblesse !
L'architecture, ayant fait l'objet de notre analyse précédente restait amendable, pour autant nous savons que la directive donnée aux architectes est celle du moindre coût à la construction. Or la demande de mettre des passées de toiture sur les bâtiments ne va pas dans ce sens et tant pis si la dégradation des murs due à la pollution et à la pluie rejaillira sur l'aspect des bâtiments et sur les coûts d'entretien, donc sur la valeur des biens !  

Cette réunion a été l'occasion de confirmer la prise en mains de ce projet par les promoteurs, au détriment de l'intérêt général.
La chronologie est édifiante : présentation par la mairesse des promoteurs (avec leurs architectes) qui allaient mener la réunion et sitôt fait départ de la première magistrate de la commune.
Dans la salle, silencieux, 2 adjoints rejoints tardivement par l'adjoint à l'urbanisme qui lui non plus n'avait rien à dire, s'agissant de la présentation d'un simple programme immobilier conforme à ce  qu'il avait contribuer à mettre en place, un autre adjoint, tout aussi discret, allait les rejoindre avant la fin de la séance.
Pour finir, les riverains avaient l'air bien contents, les élus et les promoteurs aussi.

L'actualité nous permet un commentaire, en lien avec ce qui vient d'être décrit.

Lors du dernier conseil municipal (08 02 17) il a été rejeté l'idée d'inscrire Bernin dans la logique du PLUI (intercommunal), rien de surprenant à cela, la révision du PLU a été menée pour éviter de se le voir imposer.
La détermination dont les élus ont fait preuve reflète bien l'idée de laisser place aux intérêts particuliers locaux plutôt que de s'inscrire dans une vision d'intérêt général élargie.


jeudi 19 janvier 2017

Une nouvelle façon de voter.

Vous pouvez découvrir ce projet de vote qualitatif par une vidéo de 10 minutes :  Voir la vidéo.

Réunion-débat de Bernin 2020 le 17 janvier au Cube

Une quinzaine de personnes a participé à cette réunion dont l'intervenant principal était Daniel Calvignac, coorganisateur de l'Eco-festival de Lumbin, membre du conseil de développement de la communauté de communes du Grésivaudan….
Chacun a pu observer que le nouveau mode de scrutin présenté ce soir est une façon de réconcilier les électeurs avec les élections, car les appréciations portées à chaque candidat permettent d'exprimer  une nuance pour chaque candidat.
Le débat a permis de nombreux échanges parmi lesquels :
·         * Le mécanisme de traitement des votes ne peut être réellement assimilé par tous. Il y a donc nécessité à en faire partager les principes,
·        *  Ce système de vote ne permet pas d'échapper aux écueils d'un scrutin classique : fraude, mainmise des partis politiques pour la présentation de candidats, vote électronique quasi obligatoire etc ...
·         * Il devrait permettre aux électeurs de voter plus conformément à leurs sentiments et éviter les stratégies du type "vote utile",
·         *  Le champ d'application ne se limité pas aux élections politiques, mais peut s'étendre au monde de l'entreprise, les associations, les collectivités pour le choix d'une idée ou d'un projet. Il suffit de créer une présentation de chaque candidat (ou projet) et de définir une liste d'appréciations possibles (nombres conseillé = 7), par exemple allant de "excellent" à "à écarter".

Un grand merci à Daniel Calvignac pour son intervention.


Une expérimentation à Crolles pour les présidentielles

Ci-après le mail de Guillaume Brousseau qui appelle à une réunion de préparation.
L'organisation de l'expérimentation de modes de scrutins alternatifs se fera lors du 1er tour de la présidentielle, le dimanche 23 avril 2017.
Pour rappel, cette idée est issue du Samedi Citoyen d'Octobre. Ce projet est encadré par une équipe du CNRS qui travaille sur les votes alternatifs depuis 2002 et est officiellement soutenu par la Mairie. Ces soutiens nous permettront de mener cette expérimentation dans des conditions optimales.
Je suis heureux de vous inviter à une réunion d'information et de travail le 11 Février matin dans la salle Méli Mélo en présence d'Antoinette Baujard qui dirige l'équipe du CNRS.

L'équipe propose d'organiser cette expérimentation sur une deuxième commune du Grésivaudan, plus petite, plus rurale et/ou plus ouvrière.
-> Si vous connaissez une commune correspondante à ces critères, dans laquelle nous pourrions trouver des bénévoles, n'hésitez pas à m'en informer pour regarder ensemble comment mobiliser la commune et ses bénévoles sur cette action.
Si cette commune pouvait être sur l'autre rive de l'Isère ce serait pas mal...

Pour que cette initiative, nous avons un double objectif à atteindre :
- Pour l'équipe du CNRS, recueillir des données exploitables scientifiquement (importance de respecter les procédures)
- Pour moi, faire baisser le taux d'abstention (Irréaliste ? Peut être, mais c'est motivant et simple à mesurer !)

Ordre du jour provisoire

1/ L'organisation des scrutins alternatifs
Antoinette Baujard expliquera la démarche de l'équipe scientifique, les objectifs, les moyens, l'agenda et répondra à vos questions.
L'équipe du CNRS a mis en place un système de vote électronique. J'espère que vous pourrez le tester....
Il faudra également, commencer à constituer l'équipe des bénévoles qui tiendra les bureaux le jour J.

2/ La communication
Dans un deuxième temps, je vous propose de travailler sur le volet "communication" que nous devons mettre en place pour motiver nos concitoyens à aller voter. Nous travaillons sur différentes pistes ou idées avec des acteurs de la commune. Toutes les réflexions et idées seront les bienvenues !!

Restant à votre disposition et au plaisir de vous retrouver le 11/02,
Bien cordialement,

Guillaume Brousseau (06 15 40 37 42)


lundi 9 janvier 2017

Les MAréchales : nos commentaires.

Nous vous livrons ici nos commentaires sur le projet d'urbanisation tel que vous pouvez  le découvrir en mairie aujourd'hui et dont nous avons fait état dans un précédent article : Lire l'article.

L'urbanisme :

Vous allez prendre un coup de jeune, vous redécouvrirez l'urbanisme d'il y a 50 ans ; dans le jargon des professionnels : c'est le degré 0 de l'urbanisme.

La logique qui a prévalu c'est : Mesdames, Messieurs les promoteurs vous avez le champ libre, la commune ne va pas vous embêter, on n'a pas le temps de s'occuper de ça, c'est compliqué, on n'est pas des spécialistes et n'importe comment ça déboucherait sur des contraintes liberticides, faites la meilleure proposition financière pour que tout le monde soit content. La seule chose qu'on vous demande c'est : pas de vagues.

Bilan, Bernin perd l'opportunité exceptionnelle de l'aménagement pertinent d'un secteur de 2,5 hectares qui touche le centre du village auquel il tourne le dos.

200 voitures nouvelles sur le site, ça ne mérite pas de réflexions particulières concernant la circulation pas plus que pour  le stationnement. Une dizaine de sortie directes sur le chemin des casernes, rien de tel pour ralentir la circulation !

Tout cela était connu et était dénoncé dès nos rencontres durant l'élaboration du projet de révision du PLU, sans que cela provoque la moindre prise de conscience de la part des élus.


L'architecture :

La découverte faite lors de notre analyse des documents en mairie concerne l'architecture.
Là encore la logique financière a prévalu.

Si globalement l’architecture s'apparente aux programmes immobiliers  sans âme des banlieues résidentielles, elle présente le défaut majeur d'absence de passées de toiture, de manière systématique sur les pignons et même souvent sur les façades. Pour s'en rendre compte il faut aller voir les élévations (pignons et façades) du permis de construire.
Les perspectives d'insertion sont trompeuses, le graphiste conscient du problèmes ayant donné l'illusion de passées de toiture conséquentes ! 

Détail, penseront certains, or c'est le vieillissement des bâtiments qui est en jeu.
Les dégoulinades de pollutions vont apparaître  sur les murs dès lors qu'ils ne sont pas protégés par les avant-toits et ce très rapidement, d'ici 5 ans.

La raison de ce choix réside dans l'économie que représente la suppression de ces passées de toit, (le vieillissement des constructions une fois vendues ne relevant plus de la problématique du promoteur !).
L'architecture locale est caractérisée par ces passées de toiture protectrices, et y faire référence aurait au moins le mérite de rappeler que ce projet est implanté au coeur de Bernin et éviterait de recommencer ces aberrations architecturales des Catières et du centre village.


De plus, espérons qu'un minimum de préoccupation architecturale prévaudra pour garantir une cohérence entre les constructions individuelles à venir dans les secteurs de lotissements libres (secteurs 1 et 5 sur le plan masse).    

vendredi 23 décembre 2016

Torrent de Craponoz (suite).

Voici la réponse que fait notre Maire à notre lettre (voir ci-dessous notre article du 9 décembre) lui demandant une information sur les risques liés au torrent de Craponoz.


vendredi 9 décembre 2016

Le torrent de Craponoz

Le torrent de Craponoz est un des risques majeurs qui menacent notre commune et celle de Crolles.
Des installations artisanales et industrielles en sont les cibles mais aussi des habitants riverains.
Devant l’incompréhension de certains d'entre-eux nous prenons l'initiative de demander une information complète à la Mairie.
Lire le courrier envoyé à Madame le Maire de Bernin.


vendredi 25 novembre 2016

Le Plan Local d'Urbanisme Intercommunal

L'Association GPS (Groupe Progrès Solidarité) de Biviers-Saint Ismier a tenu Vendredi 25 novembre une réunion publique sur le thème du P.L.U.I. (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal).

Les quelques 25 personnes présentes ont largement contribué à la richesse des échanges car se trouvaient là des élus(es) locaux, des ex-élus(es) et/ou membres d’Associations de la vie locale.

Une présentation du cadre réglementaire : Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), Loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) a été faite par François NICOLAS qui a illustré ses propos par des exemples des 2 Communautés de Communes de son secteur de rattachement : Bièvres Isère et St Jeannaise.

En effet, Bièvre Isère Communauté et la Région St Jeannaise ont engagées cette démarche en 2015, faisant le choix d’anticiper ce transfert.

Pour rappel, la Loi ALUR votée en 2014 prévoit le transfert automatique de la compétence des PLU aux Intercommunalités au 1er janvier 2017.

Suite aux Lois du Grenelle de l’environnement et à l’application du Schéma de Cohérence Territorial de la région Grenobloise (SCoT), de nombreux documents d’urbanisme communaux ne sont plus à jour et doivent faire l’objet d’une actualisation complète.

Depuis le 1er janvier 2016, les Communautés de Communes de Bièvre Isère et de la Région St Jeannaise ont fusionné pour former une seule et même entité :

"Bièvre Isère Communauté"

Cette fusion ne remet pas en question les deux procédures de PLUI engagées en 2015. Elles seront bien évidemment conduites en parallèle, tout en recherchant une certaine cohérence entre les deux démarches.

A terme, les 55 communes du territoire (55 000 habitants) seront couvertes par un document d’urbanisme actualisé et adapté aux spécificités locales.

Sur ce point, le lancement d’un PLUI a plusieurs avantages. Il permet tout d’abord à de nombreuses Communes de garder leur document d’urbanisme pour encore plusieurs années plutôt que de tomber au Règlement National d’Urbanisme (RNU) :  cadre très contraignant et peu adapté aux particularités locales.




Enfin le coût d’un PLUI étant inférieur à celui de plusieurs PLU communaux, cela permet une mutualisation et donc des économies.

Il ressort que la mise en place d'un PLUI répond aux mêmes exigences réglementaires que celle d'un PLU dès lors que la Communauté de Communes a acquis la compétence urbanisme.

Quelques termes nouveaux à noter :

            - P.O.A. (Programme d’Orientation et d’Action auquel seront intégrés P.D.U.
 (Plan de Déplacements Urbains et P.L.H. (Plan Local de l’Habitat).

Au-delà des questions purement techniques, on pourra retenir :

- La grande difficulté de certains Maires à se départir de leur prérogative d’urbanisme mêmes s’ils conservent la signature des permis de construire,
- La carence évidente en compréhension par le Public des enjeux d’un domaine techniquement complexe
- Le déficit d’information à la portée de non-spécialistes
- La crainte d’un éloignement accru des Services instructeurs des demandes
- La suppression d’un certain "clientélisme" si la construction et la gestion du PLUI est au niveau communautaire
- Le risque de gommage des particularités de certains éléments du territoire tant la diversité des situations sociologiques, géographiques, économiques, est grande
- Une concertation avec les citoyens encore plus complexe à réaliser

réunions publiques ? commissions extra-intra communales ? …

Voir  le site Internet de ²Bièvre Isère Communauté².

A noter que la Communauté de Communes du Pays du Grésivaudan envisage de proposer aux Maires du territoire un vote sur un projet de PLUI, et ce  avant la fin de l’année 2016.
Bref, un sujet qui devrait nous occuper dans un avenir proche. L'histoire semble déjà écrite !!!

D’autre part, suite aux réitérations sur le manque de communication de la C.C.P.G., une lettre d’informations est adressée chaque mois aux élus.


Merci à GPS son accueil et pour ses conférences pertinentes.

"Bernin 2020" était représentée par Sylvie Pelloux, Michel Thomassier et Patrick Moutin.